La Tunisie œuvrera avec les autres membres du Conseil de sécurité des Nations Unies pour prévenir et résoudre les conflits de manière pacifique, renforcer la participation des femmes et des jeunes aux efforts en ce sens, elle va s’impliquer dans les programmes de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme et promouvoir l’amélioration de l’efficacité des opérations de maintien de la paix, a déclaré jeudi le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemais Jhianoui.

Lors d’une conférence de presse au palais présidentiel de Carthage (dans la banlieue nord de Tunis), M. Jhinaoui a présenté les priorités que son pays poursuivra lors de son mandat au Conseil de sécurité pour la période 2021/2020, en coopération avec les États membres de l’ONU.

Vendredi, l’Assemblée générale des Nations Unies a élu la Tunisie membre non permanent du Conseil de sécurité pour la période 2020-2021, avec 191 voix sur 193 votes auprès des États membres de l’ONU.

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi

“La Tunisie s’emploierait à renforcer la coopération pour le développement en tant qu’instrument de prévention des conflits et d’instauration de la paix en tant que facteur de stabilité et de sécurité, ainsi que pour apporter une réponse collective et harmonieuse aux nouveaux défis mondiaux tels que le changement climatique et les cyber menaces à la sécurité et au développement”, a-t-il dit.

D’après son chef de diplomatie, la Tunisie attend avec intérêt de s’acquitter de cette tâche “avec un sens aigu des responsabilités et avec une ferme détermination à servir la paix et la sécurité mondiales pour atteindre les objectifs pour lesquels l’ONU a été fondée”.

M. Jhinaoui a, par ailleurs, souligné le souci de son pays de respecter la légitimité internationale, la primauté du droit et la souveraineté des États, de promouvoir le dialogue et les moyens pacifiques de résoudre les différends et de promouvoir le respect des principes de liberté, de démocratie, des droits de l’homme et de la coopération et de la solidarité internationales.

La Tunisie, a-t-il conclu, “sera la voix des défenseurs arabes et africains de positions unifiées sur les différentes questions arabes et africaines devant le Conseil de sécurité et au premier plan de la cause juste palestinienne, et à défendre des solutions pacifiques et globales aux diverses questions internationales en suspens, conformément aux exigences de la légitimité internationale et du droit international”.

AfriqueDiplo

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *