Un opposant congolais, condamné pour viol sous la présidence de Joseph Kabila, a été libéré jeudi sur décision du nouveau chef d’Etat en République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi.

L’ex-député Eugène Diomi Ndongala, condamné à dix ans de prison pour viol sur mineure en 2014, a quitté la prison centrale de Kinshasa à la mi-journée.

Il a bénéficié d’une libération conditionnelle décidée par le ministre de la Justice sur ordre du président Félix Tshisekedi. 

M. Diomi a déclaré à sa sortie de prison qu’il se considérait comme un prisonnier politique. “Plus jamais les Congolais ne devront subir ce que j’ai subi à cause de mes opinions publiques. Plus jamais la justice de notre pays ne devrait être instrumentalisée”, a-t-il affirmé à ses partisans.

Ce n’est pas l’avis du ministre de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, nommé sous la présidence Kabila et toujours en place dans l’attente de la composition d’un nouveau gouvernement: “Monsieur Diomi n’est rien d’autre qu’un délinquant, un prédateur sexuel”, a-t-il déclaré mercredi à la radio Top Congo.

Le garde des Sceaux a soumis la libération de M. Diomi à plusieurs conditions: ne pas s’approcher d’une école pour filles mineures, ne pas quitter la RDC, se présenter régulièrement à la justice, et ne pas participer à des activités politiques qui troublent l’ordre public.

Cette remise en liberté survient cinq jours après celle de deux autres opposants emblématiques, dont l’un, Franck Diongo, s’est confié jeudi à l’AFP.

Libéré samedi matin, Franck Diongo a déclaré qu’il était “toujours traumatisé” par les conditions de sa détention à la prison centrale de Kinshasa.

“J’étais privé de tout. J’ai fait plus de deux ans sans voir les rayons solaires. Pour me voir, il fallait entrer dans ma cellule”, a-t-il souligné.

“J’ai accordé mon pardon à tous ceux qui ont voulu me tuer, les commanditaires et les exécutants, y compris l’administration de la prison qui m’avait torturé. Je n’ai pas de penchant ou de pensées revanchards. J’ai besoin qu’on construise le pays. J’ai besoin qu’on accorde aux Congolais le bien-être et la dignité, la liberté et la démocratie. Mon combat, ce n’est pas ma petite personne”, a-t-il ajouté.

Elu député en 2011, président d’un petit parti d’opposition, le Mouvement lumumbiste progressiste (MLP), M. Diongo avait été condamné à cinq ans de prison pour avoir séquestré trois militaires de la garde présidentielle de Joseph Kabila en décembre 2016.

Un troisième opposant, l’avocat et défenseur des droits de l’homme Firmin Yangambi, a également été libéré vendredi sur décision présidentielle après dix ans en prison.

Au total, la grâce présidentielle pourrait profiter à 700 personnes, selon la présidence.

AFP

Please follow and like us:
error