La représentante spéciale du secrétaire général pour la République démocratique du Congo (RDC), Leïla Zerrougui, s’est félicitée lundi devant le Conseil de sécurité des mesures de “décrispation” prises par le nouveau président Félix Tshisekedi, selon un communiqué publié lundi par l’ONU sur son site officiel.

Venue présenter le dernier rapport du secrétaire général sur les activités de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation dans ce pays (MONUSCO), qu’elle dirige, Mme Zerrougui s’est félicitée de l’investiture du président Tshisekedi, après son élection le 30 décembre 2018. 

Si le processus électoral constitue, pour l’envoyée de l’ONU, une “étape décisive” vers le renforcement de la démocratie et de l’Etat de droit en RDC, les réactions de certains partis politiques et de leurs partisans aux résultats des élections sénatoriales de la semaine dernière “révèlent la fragilité” de ce processus qui n’est pas encore terminé, puisque des scrutins avaient été reportés dans quatre circonscriptions en raison de l’insécurité et de l’épidémie d’Ebola.

Les “premières indications données par le président Tshisekedi concernant ses priorités “ont été suivies de mesures de “décrispation”, à commencer par la remise en liberté de prisonniers politiques et d’opinion, a noté Mme Zerrougui. En outre, les réunions tenues sur l’ensemble du territoire par l’opposant et candidat à la présidentielle, Martin Fayulu, se déroulent sans entraves et des annonces ont été faites en faveur du retour des opposants politiques en exil, a-t-elle ajouté.

Selon la représentante spéciale, il est important de maintenir ce cap, notamment en préservant des espaces d’expression pour l’opposition, qu’elle a encouragée à travailler étroitement avec l’ensemble des partis politiques, les autorités congolaises et la société civile.

Selon Leïla Zerrougui, l’un des défis actuels consistera à identifier rapidement des “options de réintégration” pour des centaines d’ex-combattants de groupes armés au sein de leurs communautés et à s’attaquer aux causes profondes du conflit.

Dans la région Grand Nord du Nord Kivu, épicentre d’une épidémie d’Ebola, les Maï-Maï et les Forces démocratiques alliées (ADF) continuent de mener des attaques contre les Forces armées de la RDC (FARDC), les civils et, à plusieurs reprises, contre le personnel humanitaire et celui de la MONUSCO.

Dans ce contexte, l’envoyée de l’ONU a encouragé le Conseil de sécurité à continuer d’appuyer la consolidation des gains réalisés par le pays ces derniers mois et à le soutenir contre les menaces qui demeurent.

AfriqueDiplo

Please follow and like us:
error