You are here
Home > AFRIQUE Diplo > RDC: – »Docteur Mukwege »- « Nous somme dirigés par des gens qui ne nous aiment pas »

RDC: – »Docteur Mukwege »- « Nous somme dirigés par des gens qui ne nous aiment pas »

« Nous sommes dirigés par des gens qui ne nous aiment pas » s’est emporté samedi le célèbre gynécologue congolais Denis Mukwege qui soigne les femmes violées dans l’est de la République démocratique du Congo, en dénonçant le refus de Kinshasa de participer à une conférence des donateurs.

« Quand on voit l’état des malades que nous soignons ici, et que le gouvernement congolais refuse de participer à une conférence pour lever des fonds en faveur des déplacés en RDC, je considère que c’est un nouveau scandale », a-t-il déclaré à la presse dans son hôpital Panzi de Bukavu (est) où il a reçu le commissaire européen à l’Aide humanitaire Christos Stylianides. 

Une conférence sous l’égide de l’UE et de l’ONU est annoncée le 13 avril à Genève pour lever 1,7 milliard de dollar en faveur de l’action humanitaire en RDC.

Kinshasa a refusé d’y participer, estimant que le niveau de la crise humanitaire en RDC n’est pas aussi « excessif » que le prétend l’ONU, qui a classé la RDC parmi ses urgences absolues, a déclaré vendredi le Premier ministre par interim, José Makila.

« Quand on sait que nos frères du Kasaï ont tout perdu, et qu’une famine est annoncée, avec des dizaines de milliers d’enfants qui vont mourir de faim s’il n’y a pas d’aide humanitaire; quand on voit tous les villages détruits en Ituri (…) sans soutien du gouvernement congolais; si le gouvernement congolais en plus de cela refuse à la communauté internationale de lever des fonds pour aider sa population, c’est tout à fait criminel », s’est emporté le docteur Mukwege, l’une des voix de la société civile congolaise.

Son hôpital à Bukavu peut recevoir jusqu’à 450 patientes, dont 200 femmes victimes de viols perpétrés par les miliciens actifs dans les deux provinces du Kivu.

« En 2015, on avait observé une diminution sensible des violences sexuelles. Malheureusement, depuis fin 2016-2017, il y a une augmentation. Le profil des victimes a changé. Le pourcentage d’enfants violées a augmenté et cela nous inquiète beaucoup », a-t-il dit.

AFP

Please follow and like us:
Top