Le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), qui est visé par des sanctions américaines, a déposé lundi sa lettre de démission, six mois après l’organisation des élections générales en RDC et à quelques jours de l’expiration du mandat des membres de cette institution.

“Le vice-président Norbert Basengezi a déposé sa lettre de démission aujourd’hui auprès du président de la République et du président de la Céni”, a déclaré à l’AFP un responsable de cette institution. “Mais pour être effective, cette décision doit être acceptée par le chef de l’État et par la Céni. Il n’est donc pas automatique que cette décision produise des effets”.

“J’ai voulu ne pas gêner mon parti (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie +PPRD+ de l’ancien président Kabila) afin qu’il s’apprête à me trouver un remplaçant” mais aussi à cause de “la fatigue après ce mandat où nous n’avons épargné aucun effort pour accomplir notre mission”, a déclaré M. Basengezi à la Radio Top Congo, confirmant sa démission.

Les résultats des élections générales de décembre 2018 qui avaient donné Félix Tshisekedi vainqueur de la présidentielle et les partisans de l’ancien président Joseph Kabila majoritaires à l’Assemblée nationale, au Sénat et aux assemblées provinciales, avaient été contestés par la puissante Eglise catholique, l’opposition et des partenaires.

Normalement, le mandat du bureau de la Céni, qui a organisé les élections de décembre 2018, arrive à son terme fin juin après examen par le Parlement de son rapport d’activités. Mais depuis samedi, le Parlement a clôturé ses travaux pour les vacances.

Proche de l’ancien président Joseph Kabila, Norbert Basengezi est considéré comme le vrai patron de la Céni, à côté du président de la Commission, Corneille Nangaa.

Désigné gouverneur du Sud-Kivu sous Laurent-Désiré Kabila en 1998, il fut nommé deuxième vice-président de l’ex-Commission électorale indépendante (CEI) en 2005, puis ministre de l’Agriculture de 2008 à 2011. Réélu député aux élections de 2011, il a quitté l’Assemblée nationale pour retourner à la Céni en 2015.

En mars, le département du Trésor américain avait gelé les avoirs de trois responsables de la Céni: Corneille Nangaa, président de la Céni, son vice-président, Norbert Basengezi, et son fils, Marcellin Basengezi, pour avoir détourné des fonds “à des fins d’enrichissement personnel”.

Les personnes concernées ont toujours nié ces accusations.

AFP

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *