You are here
Home > INFORMATION > NIGERIA: L’espérance de vie globale a baissé de 3 ans

NIGERIA: L’espérance de vie globale a baissé de 3 ans

L’espérance de vie au Nigeria, le pays le plus peuplé d’Afrique, a enregistré une chute pour atteindre 52,2 ans, selon les dernières données de la Commission nationale de la population (CNP) du Nigeria.

Dans un communiqué parvenu mardi à AfriqueDiplo à Abuja, la CNP a confirmé que l’espérance de vie globale dans le pays avait diminué de trois ans.

Selon les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2018, l’espérance de vie globale au Nigeria était de 55,2 ans et figurait au 178e rang de l’espérance de vie dans le monde. 

Le terme d’espérance de vie fait référence au nombre moyen d’années durant lesquelles un nouveau-né peut espérer vivre si les taux de mortalité actuels continuent de s’appliquer, selon l’OMS.

La CNP a déclaré que les personnes âgées de 60 ans et plus représentent actuellement moins de 5% de la population totale du Nigeria. « Comme vous le savez peut-être, la population nigériane est estimée à plus de 198 millions d’habitants, avec un taux de croissance annuel de 3,2% », a déclaré dans le communiqué Hassan Bashir, directeur par intérim de la CNP.

« Le taux de fécondité total reste de 5,5 enfants par femme ; 63% de la population totale est âgée de moins de 25 ans et 42% de moins de 15 ans », indique le communiqué.

Selon le communiqué, 50% de la population féminine du Nigeria est en âge de procréer, et 54,8% de la population est en âge de travailler.

Le communiqué montre également que le Nigeria a récemment terminé les travaux sur le terrain de son enquête nationale sur la démographie et la santé en 2018 et que, dans l’attente des résultats de cette enquête, les mariages précoces et les mariages d’enfants persistent.

Les données disponibles indiquent que les grossesses inattendues et non désirées étaient courantes, 23% des adolescentes âgées de 15 à 19 ans ayant commencé leur vie reproductive, selon le communiqué.

Cette situation a également soumis les femmes, en particulier les jeunes filles, au risque de mortalité maternelle, dont le taux atteint 576 décès pour 100 000 naissances vivantes, souligne le communiqué.

AfriqueDiplo

Please follow and like us:
Top