Les institutions de contrôle ayant en commun l’usage du français tiennent une assemblée générale à Niamey, sous la présidence du Premier ministre nigérien Brigi Rafini, avec pour objectif la promotion d’une bonne gestion des finances publiques, a constaté sur place Xinhua.

Une cinquantaine de participants issus de 21 pays prennent part à cette 8e assemblée générale de l’Association des institutions de contrôle ayant en commun l’usage du français (Aisccuf), placée sous le double thème “Contrôle de la commande publique” et “Contrôle des partenariats public-privé”. 

La rencontre de Niamey, selon ses initiateurs, vise à favoriser la coopération entre les institutions membres et à discuter de la vie de l’organisation en général, mais aussi à dresser le bilan des activités de l’association et à renouveler les membres de son bureau.

Pour le chef du gouvernement nigérien, le choix de cette thématique traduit l’intérêt que l’organisation accorde aux questions de transparence et de bonne gouvernance dans la gestion des finances publiques. Il a estimé qu’elle confortait les dirigeants des différents pays membres dans leur détermination à poursuivre les objectifs qu’ils se sont fixés en matière de gouvernance économique et financière.

M. Rafini a saisi cette occasion pour rappeler les efforts fournis par son pays dans la promotion d’institutions fortes. “Au niveau interne, notre pays poursuit son programme de réforme en matière d’amélioration de la gestion des finances publiques. Depuis plus de sept ans, le gouvernement, sous l’impulsion du président de la République, met en œuvre avec succès le programme (politique) de Renaissance”, a-t-il indiqué.

Selon le représentant du premier président de la Cour des comptes de la France, M. Rémi Frentz, cette assemblée générale se veut décisive pour cette association qui oeuvre pour le renforcement des institutions de contrôle dans l’espace francophone et la promotion d’une bonne gestion des finances publiques.

“Je me félicite de la richesse des échanges qui auront lieu et qui permettront à chacun de développer ses connaissances sur ce sujet certes technique, qu’il est néanmoins indispensable de maîtriser”, a-t-il fait savoir.

Afrique Diplo

Please follow and like us:
error