Les Nations Unies et d’autre agences humanitaires sont en train d’évaluer le nombre de morts (au moins 79) et les dégâts causés par le cyclone Idai qui a frappé le Mozambique, le Malawi et le Zimbabwe, a déclaré un porte-parole de l’ONU.

“Nos collègues humanitaires rapportent qu’au Mozambique, des dégâts généralisés sont signalés dans la ville de Beira avec au moins 48 morts d’après certaines informations”, a indiqué lors d’un point de presse régulier Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, ajoutant que 31 personnes étaient décédées et plus de 100 autres portées disparues au Zimbabwe. 

“Au Malawi, il a touché plus de 183.000 personnes, tandis que 9.600 personnes au Zimbabwe ont été affectées à cause des inondations et des glissements de terrain”, a pousuivi M. Dujarric. “L’ONU et nos partenaires humanitaires soutiennent les efforts de secours dirigés par le gouvernement de chaque pays respectif”.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), “la ville de Beira, dans la province centrale de Sofala, a perdu ses moyens de communication. L’impact total du cyclone est encore à évaluer”.

“Les rapports initiaux indiquent des pertes en vies humaines et des dégâts sur les infrastructures à Beira et dans les régions alentour”, a-t-il précisé.

La population de Beira, quatrième plus grande ville mozambicaine, est estimée à environ 500.000 personnes.

“Le cyclone Idai a continué de traverser le continent en tant que tempête tropicale et a frappé l’est du Mozambique avec des fortes pluies et des vents violents”, a ajouté l’OCHA. Cette tempête s’est abattue sur les districts de Chimanimani et de Chipinge, provoquant des inondations fluviales soudaines et de lourdes pertes humaines et matérielles.

AfriqueDiplo

Please follow and like us:
error