L’accord tant attendu sur le dialogue social a été signé, jeudi à Rabat entre le gouvernement, trois centrales syndicales et la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM).

Cet accord triennal, 2019-2021, porte essentiellement sur l’amélioration du pouvoir d’achat des fonctionnaires et des employés du secteur privé, l’institutionnalisation du dialogue social, le renforcement des libertés syndicales, la réforme des régimes de retraite et la protection sociale.

Aux termes de ce Pacte social, scellé, après un long et patient processus de dialogue entre les partenaires sociaux, les trois partenaires ont convenu d’une augmentation des salaires des fonctionnaires allant de 400 à 500 dirhams (1 dollar = 9,7 DH) selon les échelles et une hausse de 10% du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG).

La hausse des salaires de 500 dirhams touchera toutes les échelles en-dessous de l’échelle 10, échelon 5, alors que la hausse de 400 dirhams concernera les échelles au-dessus de l’échelle 10. Ces augmentations seront échelonnées sur trois années à partir du 1er mai 2019 jusqu’au 1er mai 2022.

Concernant les allocations familiales, elles seront désormais de 300 dirhams, au lieu de 200 dirhams actuellement pour les trois premiers enfants.

Ces augmentations de salaires et de prestations sociales coûteront au budget de l’Etat plus de 74,4 millions de dollars (plus de 7 milliards de dirhams) étalées sur trois ans.

AfriqueDiplo

Please follow and like us:
error