Le Cap-Vert a fait valoir que l’ouverture de la zone de libre-échange continentale (ZLEC) devrait se faire “par phases” et de manière “progressive”, a déclaré Olavo Correia, vice-Premier ministre et ministre des Finances du Cap-Vert, ont rapoorté mercredi les médias locaux.

Il a justifié sa position par le fait que le Cap-Vert est un pays qui a ses spécificités, comme un petit pays insulaire, qui compte beaucoup, en particulier sur le continent européen.

“Pour le moment, nous devons travailler afin de créer une capacité de production au Cap-Vert, une capacité d’innovation, de production et d’exportation également sur le continent africain”, a-t-il averti.

“Nous sommes un pays soumis à l’impôt et dont l’assiette fiscale est fortement ancrée dans les droits d’importation”, a-t-il ajouté, considérant que l’avenir de l’Afrique est “un avenir ouvert” à la libre circulation des marchandises, des personnes et des capitaux.

Cependant, il a estimé que ce processus doit être effectué par phases et de manière “progressive”.

“Le Cap-Vert fait partie de ce processus”, a-t-il déclaré.

La ZLEC, qui prévoit l’établissement d’un marché commun en Afrique, sera officiellement adopté lors du sommet de l’Union africaine (UA) prévu en juillet prochain à Niamey au Niger.

Il est prévu que la ZLEC créera un espace économique dans lequel les États parties élimineront les droits de douane et tous les obstacles pouvant entraver les échanges.

Selon les chefs d’Etat de l’UA, avec l’introduction de cet instrument, l’Afrique dans son ensemble constituera un marché unique de 1,3 milliard de consommateurs, dans lequel les produits circuleront librement.

Le Cap-Vert est l’un des signataires de l’accord en mars 2018. Selon la directrice du Département du commerce, Ludmilde Fernandes, le pays travaille actuellement sur la partie technique de l’accord, avec une étude d’évaluation d’impact, en vue de ratification.

“Nous travaillons actuellement sur les concessions tarifaires, à savoir la liste d’exclusion et la liste des produits sensibles du Cap-Vert. La liste d’exclusion devrait être de 3% et la liste des produits sensibles de 7% “, a-t-elle déclaré en avril dernier, indiquant que, avec l’entrée en vigueur de l’accord, 90% du tarif douanier devrait être libéralisé.

Le but ultime de la ZLEC est de réunir les 55 États africains, riches en potentiel naturel et humain, mais dont les populations souffrent souvent de pauvreté cyclique, en raison notamment d’obstacles géographiques et douaniers.

AfriqueDiplo

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *