Le quatrième Forum panafricain sur les migrations (PAFOM), qui a pour thème cette année “Tirer parti des avantages du régime de la libre circulation des personnes pour le développement durable en Afrique“, s’est ouvert lundi à Djibouti.

Organisé par la Commission de l’Union africaine (UA), en collaboration avec l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), ce forum a pour objectif d’éclairer les participants sur l’évaluation des progrès accomplis dans la sensibilisation au Protocole sur la libre circulation et d’identifier les avantages et les difficultés rencontrés par les Etats membres pour ratifier ce protocole en Afrique et élaborer des solutions à ce sujet. 

Ces assises visent également à faire prendre conscience aux participants des processus de migration de l’Union africaine aux niveaux continental et international afin de promouvoir une compréhension commune des problèmes de migration sur le continent.

Selon l’Union africaine, ce forum qui s’étalera sur deux jours ambitionne aussi de fournir un engagement plus ciblé avec toutes les parties prenantes concernées par la migration, y compris les Communautés économiques régionales (CER), les Etats membres de l’UA, le secteur privé, les universités, les parlementaires, la communauté de la diaspora africaine et les organisations de la société civile en Afrique.

Les syndicats africains, les institutions nationales des droits de l’Homme, les autorités locales, les médias, les organisations des Nations Unies et les organisations non gouvernementales internationales concernées par le mandat de migration seront également concernés.

Il s’agit surtout pour les initiateurs de ce forum d’identifier les problèmes spécifiques à chacun des pays membres de l’UA en ce qui concerne la mise en œuvre du protocole sur les migrations.

En effet, le PAFOM cherche surtout à fournir aux Etats du continent africain une plate-forme où les participants auront l’occasion de réfléchir aux progrès réalisés jusqu’à présent dans la mise en œuvre de ce protocole et aux défis qu’il comporte.

D’autre part, un examen des progrès réalisés jusqu’à présent par les différents Etats membres pour mettre en œuvre le protocole après la réunion de Kigali en avril dernier est à l’ordre du jour de ce 4e forum. Cette réflexion sera également l’occasion de renforcer les stratégies de plaidoyer ciblant les Etats membres qui n’ont pas ratifié et transposé le protocole dans leur droit interne, afin de les encourager à accélérer le processus dans le but de promouvoir la libre circulation sur le continent.

Dans un discours qu’elle a prononcé lors de ce forum, Amira Elfadil Mohammed Elfadil, commissaire aux Affaires sociales de l’UA, a indiqué que sa commission applique le Protocole sur la libre circulation des personnes qui est ratifié et déjà mis en œuvre.

“Les Africains auront la possibilité de se déplacer librement sur le continent en suivant des voies sûres et régulières pour la mobilité de la main-d’œuvre, la résidence et l’établissement dans les pays de destination”, a-t-elle déclaré.

De son côté, le Premier ministre djiboutien Abdoulkader Kamil Mohamed, qui a présidé la cérémonie d’ouverture de ce forum, a rappelé que son pays, depuis son accession à l’indépendance, a toujours “accueilli dignement et avec respect de l’être humain” des flux de réfugiés et de migrants en quête de conditions meilleures.

“En tant qu’Etat membre de l’IGAD, Djibouti a été à l’avant-garde de la gestion des populations en mouvement en provenance des autres Etats membres de l’IGAD, qu’elles soient constituées de réfugiés victimes de conflits, de catastrophes climatiques telles que la sécheresse et la famine ou de migrants économiques”, a-t-il ajouté.

M. Mohamed a souligné par ailleurs que ce forum panafricain s’inscrit dans la continuité de celui de Kampala, dont l’objectif était de positionner la voix commune de l’Afrique sur cette question cruciale en vue d’affirmer la contribution africaine au Pacte mondial sur les migrations sûres, ordonnées et modérées.

Rappelons enfin que ce 4e PAFOM doit clôturer ses travaux ce mardi.

Afrique Diplo

Please follow and like us: