You are here
Home > INFORMATION > TANZANIE: La politique de planning familial

TANZANIE: La politique de planning familial

Le gouvernement tanzanien a indiqué jeudi qu’il n’avait pas l’intention de renoncer à sa politique de planning familial et aux programmes qui lui sont associés.

Plusieurs organisations locales et internationales ont mal interprété les récents propos du président John Magufuli à ce sujet, a déclaré Faustine Ndugulile, vice-ministre de la Santé, du Développement des communautés, du Genre, des Personnes âgées et de l’Enfance, alors qu’il s’exprimait devant l’Assemblée nationale à Dodoma, la capitale du pays.

M. Ndugulile a souligné que la politique de planning familial ne visait qu’à préserver la santé et le bien-être des mères et des enfants. 

Il a tenu ces propos en réponse à une question de Suzan Lyimo, titulaire d’un siège spécial au Parlement et membre du parti d’opposition « Parti pour la démocratie et le progrès » (CHADEMA), qui souhaitait connaître la position du gouvernement sur le planning familial.

Mme Lyimo a notamment demandé pourquoi le gouvernement avait publié des directives nationales limitant les méthodes de planning familial.

Elle s’est déclarée préoccupée par ce qu’elle a décrit comme une confusion croissante au sein du public et des partenaires de développement, qui ne comprennent pas si la Tanzanie projette ou non d’abandonner le recours aux contraceptifs et autres méthodes utilisées pour le contrôle des naissances.

M. Ndugulile a indiqué que le gouvernement n’avait émis aucune directive visant à abandonner le planning familial en Tanzanie.

En septembre, le président Magufuli a cependant réaffirmé son opposition au contrôle des naissances, invitant les Tanzaniens à continuer à avoir des enfants.

Au cours d’un rassemblement à Meatu, dans la région de Simiyu, il a demandé au peuple de ne pas écouter les appels au contrôle des naissances, dont certains émanent de l’étranger, et poursuivent en réalité des objectifs malveillants.

Il a appelé les Tanzaniens à continuer à avoir des enfants, soulignant que le gouvernement était en train de renforcer ses investissements dans le domaine des soins maternels, et plus généralement dans le secteur de la santé.

Le président Magufuli a tenu ces propos en présence de Jacqueline Mahon, représentante du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), et d’Ummu Mwalimu, ministre tanzanienne de la Santé.

Ce n’était pas la première fois que le président Magufuli exprimait son opposition au contrôle des naissances. En 2016, peu après le début de la gratuité de l’éducation dans les écoles publiques primaires et secondaires, le président avait déclaré que les Tanzaniens pouvaient désormais avoir autant d’enfants qu’ils le souhaitaient, dans la mesure où l’éducation n’était plus aussi chère que par le passé.

Afrique Diplo

Please follow and like us:
Top
WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com